Opéra

L’Enfance du Christ

Direction musicale : Laurent Petitgirard
Mise en scène et scénographie  : Frédéric Andrau
Lumières et vidéo : Ivan Mathis
Costumes et collaboration artistique : Luc Londiveau
Musique de scène : Elisabeth Monterrain-Gouget • Vassilia Briano • David Dreyfus

Orchestre et chœur de l’Opéra

vendredi 27 février 2010 20h00 • dimanche 1er mars 2010 14h30

 

 

ANACLASE.com

Le 10 décembre 1854 à Paris, Hector Berlioz connaît un grand succès en dirigeant la création de L’Enfance du Christ, l’oratorio en trois parties qui l’occupait depuis près de quatre ans. Voilà bien, cependant, une œuvre qui s’est construite en dehors de cette rigueur de projets qui caractérisait auparavant – et continuera de le faire par la suite – le travail du maître !

Si l’on a pu reprocher à Berlioz de s’être peut-être écarté de son style, Pierre-René Serna rappelle qu’il n’en est rien, que le compositeur y « est tout entier reconnaissable : dans le pittoresque descriptif en fines touches, les formules rythmiques déhanchées, la couleur élégiaque confrontée aux emportements déchaînés » (in Berlioz de B à Z, Van de Velde, 2006).

Il n’est pas rare que les ouvrages non destinés aux planches par Berlioz excitent l’interprétation de metteurs en scène. Le phénomène, dont on ne discutera pas ici le bien-fondé, nous fait croiser çà et là des Roméo et Juliette et, surtout, des Damnation de Faust. L’on ne s’étonnera donc pas que Frédéric Andrau ait souhaité représenter L’Enfance du Christ dans le charmant théâtre de Léon Feuchères. Avec la complicité de Luc Londiveau pour les costumes et d’ Ivan Mathis pour la vidéo et les lumières, il signe une scénographie intelligente dans une esthétique assez austère. Le blanc domine, à peine rehaussé de quelques taches rouges désignant les forces mises en relation : ainsi de l’étole du roi Hérode, du maillot de Jésus et de la cravate du narrateur, acteur à part entière puisqu’à travers son récit il incarne la foi chrétienne, parvenue jusqu’aujourd’hui. Les autres intervenants, blancs, demeurent soumis à l’événement. Le spectacle s’engage comme un rituel à la grandeur toute classique – antique, dira-t-on aussi bien – bientôt conclu par le chœur final.

Avi Klemberg a su rendre plus claire la diction qu’on lui connaissait, de sorte que son Narrateur fait mouche. Après un début un rien timide, son chant prend de l’assurance, affirmant une salutaire clarté de timbre. 
Le baryton Thomas Dolié lui répond en Polydorus, avant de devenir un touchant Joseph, révélé par la supplication de la troisième partie. Flatteusement impactée, la voix impose sa couleur. Jean-Marie Frémeau convainc également en père noble grâce à la pertinence du style. Tendre égalité de l’émission, articulation presque mozartienne, onctuosité de la phrase : c’est par ces qualités que Blandine Staskiewicz sert le rôle de Marie. Enfin, Paul Gay donne un Hérode élégamment conduit et d’une réelle présence dramatique.

Au pupitre d’un Orchestre plutôt en verve, Laurent Petitgirard soigne des demi-teintes bien venues et s’avère sainement attentif à l’équilibre scène/fosse.

Bertrand Bolognesi

 

 

Partager sur Facebook, ou sur Twitter.